Comment faire de la crusine

Comment faire de la crusine ?

La crusine constitue la nouvelle tendance que de nombreux restaurants ont déjà adopté. Cette nouvelle approche culinaire a d’abord fait fureur auprès des stars hollywoodiennes avant de gagner le cœur des consommateurs. Si vous aussi vous souhaitez connaître les joies de la crusine, suivez ces quelques conseils.

Pratiquer les bonnes méthodes

Découvrez les astuces pratiques, les principes et les nouvelles organisations qui découlent de cette nouvelle pratique culinaire qu’est la crusine.

Les bonnes techniques en crusine

La crusine se définit comme l’art de préparer des plats crus, gourmands et très diététiques. Ce nouvel aspect de la cuisine présente quelques spécificités en ce qui concerne les astuces de base. La confection des jus de fruits et de légumes, des soupes et des autres plats implique une bonne maîtrise des techniques de découpes, de marinades, de déshydratation ainsi que de fermentations. Certains amateurs de cuisines trouveront cet aspect technique contraignant. Crusiner n’a rien de compliqué. Cette technique nécessite uniquement quelques nouveaux repères. Pour débuter, il faut se prémunir des équipements de base, en l’occurrence d’un bon couteau et d’une planche pour la découpe. Cet art culinaire est fondé sur des plats simples, mais savoureux. Certaines recettes de crusine trouvent un compromis entre l’aspect cru et cuit.

Les principes de la crusine

La crusine est principalement fondée sur les matières premières biologiques. Les produits à crusiner sont sauvages ou issus de votre jardin. Dans la mesure du possible, il convient de privilégier les produits locaux. Quelques exceptions confirment cette règle. Vous pouvez utiliser des fruits tropicaux et des produits exotiques, mais ils doivent être aussi proches que possible. Les ingrédients sont également des produits de saison. L’hygiène figure parmi les principes fondamentaux de la crusine. Les produits doivent être les plus bruts possible. Les préparations excluent le sel, le sirop d’agave et les noix de cajous. Les cacahuètes, les huiles (exception faite de l’huile de coco) et les graines sont autorisées, mais en quantité infime. Ce principe implique l’utilisation modérée du vinaigre de cidre, de sflocons d’avoine et du riz sauvage.

Le réaménagement de la cuisine

Si vous voulez vous lancer dans la crusine, pensez à réorganiser votre cuisine. De cette manière, vous libérez de la place pour les équipements spécifiques à l’alimentation vivante. Durant la saison fraîche, la consommation des mets déshydratés est déconseillée. Enlevez votre déshydrateur. Remplacez-le par l’extracteur pour la préparation de jus de légumes et de fruits.
Il est inutile de réorganiser entièrement votre cuisine. 4 ou 5 modifications suffisent. Commencez par le nettoyage de votre salle. Poursuivez avec quelques rangements pour mieux trier les équipements indispensables et les instruments inutiles. Rangez les équipements inutiles dans vos placards et placez les instruments essentiels près de votre plan de travail.

Privilégier les bons aliments

La crusine favorise les aliments frais et de haute qualité, en l’occurrence les fruits et les légumes ainsi que les algues.

Un régime totalement végétalien

L’alimentation vivante est souvent associée au végétalisme, car ces deux régimes présentent quelques similitudes. La crusine privilégie les légumes et les fruits frais, séchés et lactofermentés. Elle inclut la préparation des jus frais, de quelques noix et de graines. Les germes de brocoli, de pois et de luzerne sont très appréciés. À ces ingrédients s’ajoutent les légumineuses et certaines céréales germées. Pour assaisonner le tout, les amateurs utilisent les huiles pressées à froid. La méthode de la crusine préfère les aliments biologiques. En éliminant, les procédures de cuisson, les aliments gardent leurs éléments nutritifs, évitent les formations de substances indésirables et cancérigènes. Les procédures de trempage et de germinations permettent de réduire les molécules qui nuisent à la digestion. Certes, les études sont encore moindres sur la recherche des bienfaits de l’alimentation vivante, mais des données épidémiologiques prouvent l’aspect préventif et curatif de ce mode d’alimentation.

Choisir les bons ingrédients

Pour parfaite votre recette de crusine, vous pouvez ajouter du sirop d’agave à condition d’être cru. Les algues sont source de minéraux et de vitamines. Il est déconseillé de consommer les algues hijiki. Les craquelins crus sont préparés à partir de graines de lins, de noix et de légumes déshydratés à basse température. Les jus verts d’herbe de blé contiennent de la chlorophylle et des antioxydants ainsi que des acides aminés. Pour préparer des légumes lactofermentés, commencez par trancher ou râper les légumes. Ils seront ensuite dégradés par les bactéries bénéfiques. Ces procédures apportent plus de valeur nutritive et rendent les légumes plus digestes. Le cacao cru contient une quantité importante d’antioxydants. Bien que leur saveur soit moins prononcée que le cacao des fèves torréfiées, ces produits sont savoureux.

Utiliser les bons équipements

Outre la planche à découpe et le couteau, d’autres équipements sont indispensables à la crusine. Il s’agit du robot culinaire et du mélangeur à haute vitesse. Ce dernier joue un rôle capital dans la préparation, car il facilite la confection des soupes et des jus de fruits et de légumes en à peine quelques secondes. Vous trouverez un germoir facilement sur Internet ou dans les boutiques d’aliments naturels. Cet instrument favorise la culture des pousses et des graines germées. L’instrument a l’avantage d’être peu encombrant. Dans la crusine, la cuisinière est remplacée par le déshydrateur. L’outil prépare des craquelins, des biscuits, des barres et des granolas facilement. Il est très pratique pour sécher les légumes et les fruits de saison.

Éviter de manger de manière insuffisante

Les crudivores amateurs ont tendance à tomber dans les pièges classiques de la crusine. La quantité de calories à consommer est établie à partir de l’activité physique, de l’âge, du sexe et de la masse corporelle. En temps normal, un homme demande en moyenne 2 100 calories par jour, tandis qu’une femme réclame 1 800 calories. La nourriture végétale et crue est faible en calorie et pauvre en eau. Il est capital d’adapter les quantités. Les crudivores doivent trouver un moyen de compenser les besoins en eau et en calories. Pour bénéficier d’un régime plus équilibré, la solution est de solliciter les conseils d’un expert. Le professionnel propose des indications précises sur les calories consommées par rapport aux besoins corporels. Vous pouvez trouver des sites de conseils en régime végétalien et en alimentation vivante.